contact - cassandre.boy@gmail.com               CV

 

 

 

Scénographe franco américaine diplomée de l'ENSATT après un parcours littéraire et artistique, je travaille à Paris et partout où me mènent les projets.

 

Sur scène, j'imagine et construis des décors, j'habille, je trouve des accessoires au gré des textes et des metteurs en scène que je rencontre : Clyde Chabot/La Communauté inavouable, Gilbert Désveaux, Alain Foix, Alain Françon, Claire Lasne-Darcueil, Vincent Gatel, Guillaume Poix/Compagnie Premières Fontes, Sonia Ristic, Frank Vercruyssen/tg STAN, Pierre Guillois...

 

J'explore le mouvement des corps dans l'espace. La danse, en collaboration avec Julie Reilles dans Correspondances, pièce dansée pour 9 performeurs. Au cours d'une déambulation urbaine dansée, Ô bord de l’eau. Ou à l'occasion de mon mémoire de fin d’études Nos apesanteurs, dirigé par Raphaël Navarro/Compagnie 14:20. En Inde, j'ai aussi créé les accessoires pour diverses pièces de Bharatanatyam contemporain dirigées par Mallika Sarabhai/Darpana Academy à Ahmedabad, en compagnie de la costumière Elsa Bourdin.

 

J'ai prolongé ces explorations avec le Collectif bim pour lequel je suis "bimeuse "et porteuse de projets, performances in situ en espaces publics. Nous y éprouvons le rapport du corps au paysage, à l’architecture et au contexte comme fondement de toute proposition artistique.

 

Autant de nouvelles sensibilités qui continuent de nourrir ma pratique scénographique, et se reflètent dans la récurrence dans mon travail d'éléments organiques (eau, sel, riz, gravier, plantes vivantes, reflets, vent) et d'un lien direct entre la scénographie et les corps.

 

 

Ces différentes immersions ont affirmé mon goût du travail en équipe, à l'écoute de tous les acteurs et paramètres d'un projet. J’apporte un soin particulier au choix des couleurs, matières et volumes pour leurs résonances poétiques avec le corps, le son, la lumière. J'explore des projets singuliers pour une pratique que je veux curieuse, vivante et toujours renouvelée.

 

 

 

 

 

photo : Sylvia Poxleitner